LA MÉNAGERIE, LE ZOO DU JARDIN DES PLANTES, à la rencontre de la diversité

©FG.Grandin

Envie d’une promenade dépaysante ? Bienvenue à la Ménagerie, où quelque 500 pensionnaires font l’objet de toutes les attentions. Centre de recherche et conservatoire d’espèces menacées, le zoo du Jardin des Plantes est un havre de verdure en plein cœur de Paris.

Managerie, le zoo du jardin des plantes

Le choix de la rareté

Ici sont visibles 150 espèces, dont près de 40 % sont menacées. Et l’un des plus anciens zoos du monde assume son rôle de pionnier en privilégiant celles de petite et moyenne tailles adaptées à l’espace des enclos. Le long des allées, vous voici sous d’autres latitudes, feuilletant le livre vivant de la diversité animale. Voyez ces pandas roux. Ils ne descendent sur terre que pour changer d’arbre ! Observez bien les panthères des neiges  : pelage gris tacheté pour se camoufler dans les rochers enneigés, coussinets poilus protégeant du froid, longue queue garante de l’équilibre et petites oreilles pour limiter la perte de chaleur corporelle : ce sont de vraies montagnardes.

Aux petits soins

Les orangs-outans ont leur star, Nénette, qui a soufflé ses 50 bougies en 2019. Ne manquez pas non plus les tortues des Seychelles, tapir malais, dendrobate ou kéa, outardes ou encore grues à cou blanc…

La plupart des pensionnaires sont nés en captivité ou proviennent d’échanges avec d’autres zoos. La Ménagerie participe à de nombreux programmes d’élevage d’espèces menacées. Le principe consiste à maintenir en captivité des populations viables d’animaux sauvages, qui peuvent être réintroduits dans la nature, si leur milieu est stabilisé ou restauré. Parmi les réintroductions réussies, celles de l’outarde canepetière en France, de l’Oryx d’Arabie – éteint à l’état sauvage – en péninsule arabique, ou encore du Tamarin lion doré au Brésil.

L’état des lieux

Ouverte en 1794, la Ménagerie est l’un des plus anciens zoos du monde ! Elle a vu passer des célébrités comme Zarafa, la girafe ! Tous les bâtiments sont classés depuis 1993. Aux petites fabriques de 1802 se sont ajoutées, au début du XIXe siècle, des constructions dont la diversité des styles est l’un des atouts du lieu : les Fosses aux ours (1805), la Rotonde (1802-1812), dont la forme évoque la croix de la Légion d’honneur, la Galerie des reptiles (1870) ou encore la Grande Volière (1888). Le style art déco caractérise les constructions de l’entre-deux-guerres : le Vivarium (1926), la Singerie (1936) et la Fauverie (1937). En 2013, la volière des déserts est venue enrichir ce patrimoine précieux. Alors, prêt à côtoyer au plus près la vie sauvage ?

Informations générales

Informations pratiques

Adresse : 57 rue Cuvier, 75005 Paris

error: Content is protected !!